8月12日“施坦威钢琴之夜·情迷法兰西”马蒂厄·艾斯诺特钢琴独奏音乐会

2016-08-13 乐海琴行 乐海琴行

   昨日法国著名钢琴家马蒂厄·艾斯诺特独奏音乐会在安徽大剧院圆满落幕。此次音乐会在两个月前便得到了大家的广泛关注,演出当晚的精彩呈现,更是为观众带来一次极致的音乐享受。晚上19时,观众已经全部就座,满怀期待的等着艺术家的到来。19时40分,主持人上场宣布音乐会正式开始,并且邀请到这次活动的承办方—合肥市乐海琴行有限公司董事长、施坦威(合肥)专卖店总经理、安徽省青少年艺术培训协会常务副会长蒋剑先生致辞。在接下来的一个多小时,马蒂厄完美诠释了7首乐曲,并且与琴童互动,观众意犹未尽,掌声不断。

 

 

 

 


unnamed-3.jpg
Bachtrack, By Arnaud Saura-Ziegelmeyer, 13/08/2014, Le Couserans en musique : Le Festival de Saint-Lizier s’arrête à Montégut   Pour la deuxième fois, le festival de Saint-Lizier en Couserans (43ème édition) renouvelle l’étape musicale et gastronomique de Montégut-Plantaurel. Outre un stage à destination des jeunes de la municipalité, le village accueille un concert-dégustation au sein de la cave « Le Chai », présentant les produits du Terroir du Plantaurel et du domaine de Sabarthès fabriqués par les travailleurs de l’APAJH (Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés) d’Ariège. Le public, malgré la modestie affichée du concert, arrive assez nombreux, si bien que l’on doit demander des chaises supplémentaires et se placer tant bien que mal dans la salle entre les tonneaux.   Ce moment était l’occasion de réunir trois jeunes artistes pyrénéens dont le talent artistique est déjà bien affirmé. Matthieu Esnult, pianiste originaire de Saint-Jean de Luz, formé au Conservatoire de Bayonne, passé par Versailles et Paris, a intégré outre-manche le Trinity Laban Conservatoire de Musique et de Danse de Londres. Il entame alors une carrière de pianiste soliste qui l’amène à se produire dans de nombreux pays européens, non sans délaisser la musique de chambre en tant qu’accompagnateur. Hector Burgan, violoniste, ayant fait ses premières armes au Conservatoire de Toulouse, passé par le Conservatoire de Boulogne, intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en 2011. Très actif sur la scène nationale, il s’intéresse également à la musique d’ensemble. Pierre Mignier, cadet de la soirée, était également le représentant de l’Ariège musicale. Originaire du Couseran, formé au Conservatoire de Toulouse, il a rejoint le Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon en 2013. Porté vers l’orchestre, il se produit avec des orchestres français prestigieux  (Toulouse, Saint-Etienne, Lyon) et a réussi à intégrer, tout comme H. Burgan, l’Orchestre Français des Jeunes. Une première partie musicale offre deux duetti. La première pièce, mouvement initial de la seconde sonate pour violon et piano de Johannes Brahms réunit H. Burgan et M. Esnult pour un échange cordial, faussement simple, mais dont la richesse harmonique est révélée. Le second duo réunissant P. Mignier et M. Esnult est l’œuvre de Strauss père, un Nocturne pour cor et piano fort peu connu, et présente un aspect épique et grandiloquent tout teutonique. Le cor, une fois lancé et le stress des premières notes disparu, se marie ici à merveille avec le piano et offre des sonorités brillantes. Vient alors la pause gustative, occasion de goûter aux produits et aux vins locaux. On ne sacrifie pas une libation à Bacchus mais presque. Non sans mal, on parvient à détacher le public du buffet pour le second moment musical de la soirée. Le silence réapparait. La seconde partie présente elle deux soli. M. Esnult éclaire la soirée de couleurs aquatiques avec la première pièce Ondine du triptyque Gaspard de la Nuit, œuvre de Maurice Ravel, contrastant avec le reste du programme très germanique et majoritairement teinté de romantisme. H. Burgan entre alors en scène et exécute la fameuse Chaconne de la deuxième Partita de Jean-Sébastien Bach, avec maîtrise, vibrato et expressivité. Le public est conquis et ces deux pièces constituent l’apogée de la soirée. Enfin, cette soirée était l’occasion de présenter des œuvres sortant du répertoire habituel grâce à la réunion d’un effectif de circonstance et original. Toujours sous la plume de Johannes Brahms, les mouvements 1, 3 et 4 du trio pour piano, violon et cor rassemble les trois musiciens pour une interprétation toute mesurée de cette pièce, partition à l’appui. L’Andante introduit l’ambiance du quatuor avec calme. Le troisième mouvement (Adagio mesto), aux accords arpégés et graves, s’enchaîne au dernier mouvement rapide et enjoué (Finale. Allegro con brio), jeu de temps et contretemps entre instrumentistes. Ce trio, travaillé et mis sur pied en à peine une semaine, ne peut nous faire douter du potentiel et du talent de ces trois étoiles à qui l’on ne peut souhaiter qu’une très belle réussite dans leur carrière naissante. 

Bachtrack, By Arnaud Saura-Ziegelmeyer13/08/2014, Le Couserans en musique : Le Festival de Saint-Lizier s’arrête à Montégut

 

Pour la deuxième fois, le festival de Saint-Lizier en Couserans (43ème édition) renouvelle l’étape musicale et gastronomique de Montégut-Plantaurel. Outre un stage à destination des jeunes de la municipalité, le village accueille un concert-dégustation au sein de la cave « Le Chai », présentant les produits du Terroir du Plantaurel et du domaine de Sabarthès fabriqués par les travailleurs de l’APAJH (Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés) d’Ariège. Le public, malgré la modestie affichée du concert, arrive assez nombreux, si bien que l’on doit demander des chaises supplémentaires et se placer tant bien que mal dans la salle entre les tonneaux.

 

Ce moment était l’occasion de réunir trois jeunes artistes pyrénéens dont le talent artistique est déjà bien affirmé. Matthieu Esnult, pianiste originaire de Saint-Jean de Luz, formé au Conservatoire de Bayonne, passé par Versailles et Paris, a intégré outre-manche le Trinity Laban Conservatoire de Musique et de Danse de Londres. Il entame alors une carrière de pianiste soliste qui l’amène à se produire dans de nombreux pays européens, non sans délaisser la musique de chambre en tant qu’accompagnateur. Hector Burgan, violoniste, ayant fait ses premières armes au Conservatoire de Toulouse, passé par le Conservatoire de Boulogne, intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en 2011. Très actif sur la scène nationale, il s’intéresse également à la musique d’ensemble. Pierre Mignier, cadet de la soirée, était également le représentant de l’Ariège musicale. Originaire du Couseran, formé au Conservatoire de Toulouse, il a rejoint le Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon en 2013. Porté vers l’orchestre, il se produit avec des orchestres français prestigieux  (Toulouse, Saint-Etienne, Lyon) et a réussi à intégrer, tout comme H. Burgan, l’Orchestre Français des Jeunes.

Une première partie musicale offre deux duetti. La première pièce, mouvement initial de la seconde sonate pour violon et piano de Johannes Brahms réunit H. Burgan et M. Esnult pour un échange cordial, faussement simple, mais dont la richesse harmonique est révélée. Le second duo réunissant P. Mignier et M. Esnult est l’œuvre de Strauss père, un Nocturne pour cor et piano fort peu connu, et présente un aspect épique et grandiloquent tout teutonique. Le cor, une fois lancé et le stress des premières notes disparu, se marie ici à merveille avec le piano et offre des sonorités brillantes. Vient alors la pause gustative, occasion de goûter aux produits et aux vins locaux. On ne sacrifie pas une libation à Bacchus mais presque. Non sans mal, on parvient à détacher le public du buffet pour le second moment musical de la soirée. Le silence réapparait.

La seconde partie présente elle deux soli. M. Esnult éclaire la soirée de couleurs aquatiques avec la première pièce Ondine du triptyque Gaspard de la Nuit, œuvre de Maurice Ravel, contrastant avec le reste du programme très germanique et majoritairement teinté de romantisme. H. Burgan entre alors en scène et exécute la fameuse Chaconne de la deuxième Partita de Jean-Sébastien Bach, avec maîtrise, vibrato et expressivité. Le public est conquis et ces deux pièces constituent l’apogée de la soirée.

Enfin, cette soirée était l’occasion de présenter des œuvres sortant du répertoire habituel grâce à la réunion d’un effectif de circonstance et original. Toujours sous la plume de Johannes Brahms, les mouvements 1, 3 et 4 du trio pour piano, violon et cor rassemble les trois musiciens pour une interprétation toute mesurée de cette pièce, partition à l’appui. L’Andante introduit l’ambiance du quatuor avec calme. Le troisième mouvement (Adagio mesto), aux accords arpégés et graves, s’enchaîne au dernier mouvement rapide et enjoué (Finale. Allegro con brio), jeu de temps et contretemps entre instrumentistes. Ce trio, travaillé et mis sur pied en à peine une semaine, ne peut nous faire douter du potentiel et du talent de ces trois étoiles à qui l’on ne peut souhaiter qu’une très belle réussite dans leur carrière naissante. 


Concert et dégustations, 09/08/2014 La Depeche du midi

Montégut-Plantaurel (09)

Le Festival de musique de Saint-Lizier s'exporte ce soir à Montégut-Plantaurel avec une soirée «concert et dégustations». Hector Burgan au violon, Pierre Mignier au cor et Matthieu Esnult au piano assureront le côté concert. Voici trois musiciens pyrénéens dont le parcours est déjà prometteur. Avec la fougue de la jeunesse, ils proposeront un programme flamboyant… relevé encore par la dégustation des savoureux vins et foies gras des Terroirs du Plantaurel. Cette soirée «musique et vin» permettra de découvrir les vins du Domaine de Sabarthès, produits par les personnes en situation de handicap et médaillés de nombreux concours de vin (médaille d'or au concours des vins du Sud-Ouest 2011, 4 verres au «Guide Hubert» 2012, médaille d'argent aux «Féminalise» 2012). Les dégustations seront entrecoupées de moments musicaux proposés par ces jeunes artistes. Rendez-vous aujourd'hui, à 19 h 30, à la cave Le Chai, à Montégut-Plantaurel.

Tarif : 15 euros. Réservations en ligne sur www.festivalsaintlizier.com ; par téléphone au 05 61 66 67 89 ou par mail àcontact@festivalsaintlizier.com

 


La semaine.jpg

Le Sud-Ouest, 29/07/2013, Saint-Jean-de-Luz (64) : de Chopin à Ravel

 

Matthieu Esnult.JPG

Le pianiste Matthieu Esnult donne un concert, ce soir à 20 heures, en l’église Saint-Jean-Baptiste.

Matthieu Esnult affine son art au Trinity Laban à Londres (Photo DR)

L’église Saint-Jean-Baptiste accueille ce soir le concert d’un pianiste de 24 ans. Matthieu Esnult sera seul sur scène. Il proposera « un programme de musique romantique et moderne », avec du Liszt, du Chopin et du Ravel.

De ce dernier, il interprétera « Ondine ». « C’est un morceau très poétique qui me plaît beaucoup », explique l’artiste. De Liszt, il jouera la sonate en si mineur, « son œuvre majeure ». Et de Chopin, des « petites pièces » parmi lesquelles des mazurkas - danses polonaises - et des pièces de salon.

Cinquante concerts par an

Enfant du pays basque - il a grandi à Ciboure et Urrugne -, Matthieu Esnult finalise en ce moment sa formation de pianiste au Trinity Laban, conservatoire de musique et de danse londonien. Là-bas, il reçoit les cours d’un « professeur russe assez exceptionnel ». Il y prépare son diplôme d’artiste, équivalent dans la musique à un doctorat.

« En parallèle, j’essaie de donner de plus en plus de concerts », rajoute-t-il. Cette année, il devrait donner une cinquantaine de concerts. Il vient notamment de se produire en Tunisie et en Espagne.

Pour l’avenir, il souhaite évoluer au sein de formations diverses. « Je conçois la musique comme un tout », se justifie-t-il. Soliste un jour, il évoluera le lendemain en duo avec une chanteuse ou un violoniste, puis en trio le surlendemain et en quintet la semaine suivante.

Tarif : 15 euros, gratuit pour les moins de 18 ans


La Semaine du Pays Basque, 22/07/2013, Concert de Piano de Matthieu Esnult à St Jean de Luz

 

Esnult600-030.jpg

Après s'être produit à la maison Arnaga en juillet 2012 avec Ben Socrates et à l'église de Ciboure en décembre 2012 avec la chanteuse espagnole Amaia Azcona, Mathieu Esnult sera en représentation le lundi 29 juillet à 20h à l'église de Saint-Jean-de-Luz. Il interprétera un récital de piano solo. Au programme de la soirée : les mazurkas nocturnes de Chopin, la sonate de Liszt, chef d'oeuvre de l'apogée du romantisme, et du Ravel pour rendre hommage au compositeur de Ciboure. Matthieu Esnult est originaire du Pays Basque. Après des études aux conservatoires de Bayonne, il s'est perfectionné au Ttrinity Laban conservatoire de musique et de danse de Londres avec le maître russe Mikhail Kazakevich et commence sa carrière de musicien. Cette année, il s'est produit dans diverses répertoires en France, en Pologne, en Angleterre, en Hongrie et en Italie. Possibilité de prendre des billets à l'avance. Contact : esnult_isa@hotmail.fr ; les billets seront envoyés par mail ou dans les offices de tourisme de terre et côte basque ou à la billeterie en ligne : www.saint-jean-de-luz.com ou http://www.terreetcotebasques.com/fr/page/reserver-vos-spectacles Tarif : 15€. Gratuit pour les moins de 18 ans. 12€ pour les étudiants


La Presse de Tunisie, 26/07/2013, Festival international de piano - Des claviers festifs

 

1044534_377008079065852_107601122_n.jpg

 Du 30 juin et jusqu’au 8 juillet, des master-class, des concerts, une pièce de théâtre et des rencontres étaient au programme de la deuxième édition du Festival international de piano.

Organisée, comme chaque année, par l’Association «les mélomanes de Tunisie» (Unisson), la manifestation a connu son épilogue dimanche dernier, avec un concert qui s’est tenu à Dar Sébastian, au Centre culturel de Hammamet.

Assuré par trois pianistes, à savoir  la Polonaise Agata Gérska, l’Allemande Sylvia Dankesreiter et le Français Mathieu Esnult, de jeunes vrais virtuoses, le récital a été meublé de morceaux de musique classique, signés par de grands compositeurs dont Mozart, Chopin et Liszt. On a eu, ainsi, droit à des airs célèbres aux rythmes variant entre le langoureux et le vibrant. 

Agata Gorska a opté pour Frédéric Chopin avec «Nocturne do mineur Op. Posthume» et «Maurka si mineur Op 33 n4 », deux remarquables morceaux du répertoire romantique du compositeur polonais..

Le concert s’est poursuivi  avec la « Sonate à 4 mains en do Majeur KV190 » de Mozart qui a été exécutée par la même Gorska et  Mathieu Esnult. Une balade fraîche et joyeuse, au rythme fort léger. Puis vint le tour de l’Allemande Sylvia Dankesreiter, qui a choisi de jouer «Mephistowalzer», un morceau de Liszt plein d’envolées et de dynamisme.

Le concert s’est terminé avec une belle prestation des élèves de la Master class de l’Eté des Mélomanes avec des pièces de Beethoven, de Debbussy, De Gershwin, de Scriabine et de Liszt. 

A rappeler que l’Association des mélomanes de Tunisie « Unisson», organisatrice de l’évènement, œuvre depuis sa création à la formation des jeunes talents tunisiens dans le domaine musical. « Dans cette nouvelle édition, nous avons formé plus de 40 élèves de toutes les régions de la Tunisie. A leur côté, des formateurs du monde entier qui assurent des cours de piano. Cette manifestation est devenue un lieu de rencontre, d’échanges et d’apprentissage », nous a déclaré Fusun Guray Regaieg, professeur de piano au Conservatoire national  et présidente de l’association de «Unisson».

  Rachid Mbarek, vice-président de ladite association, précise que le festival  doit sa réussite grâce, entre autres, au choix des formateurs sur le plan technique, artistique et humain, ce qui permet aux  élèves  d’apprendre, de s’épanouir et de s’intégrer. Il ajoute : «Nous essayons,  à chaque édition, d’élargir les champs d’activités de notre association. Dès l’automne (octobre - novembre), nous allons nous engager   dans la danse folklorique orientale. Le ministère de la Culture, qui apprécie nos activités, a promis de nous soutenir. Espérons que cela se fera».


Le Temps, Tunisie, 04/07/2013, Festival International de piano : Rendez-vous des Mélomanes

 

matt.jpg

Depuis deux ans, le Festival International de Piano  s'est imposé comme un point d'ancrage exceptionnel dans le paysage musical et pianistique tunisien. 

 Si les sites du Festival se diversifient depuis plusieurs années, Dar Sebastian à Hammamet demeure le haut lieu de ces entrevues inclassables où se s’affrontent actuellement toutes les créations : classiques, contemporaines... tous les styles : jazz, électronique... et tous les artistes : les jeunes talents comme les plus grands interprètes internationaux.
Haut lieu de la musique, le Festival International de Piano organisé par Unisson, l’Association des Mélomanes de Tunisie est le rendez-vous incontournable des professionnels et des mélomanes au programme, 3 concerts exceptionnels, une semaine de master class, et une soirée de clôture pour applaudir nos jeunes talents ! Cette 2ème édition  est une nouvelle série de master class et de concerts organisée par Unisson  et spécialement dédiée au piano. Pendant huit jours, 45 jeunes pianistes et six professeurs et concertistes logeront à Dar Sebastian, à Hammamet. Pendant la journée, auront lieu les cours de solfège, de piano et l’atelier théâtre, et quatre soirées seront consacrées aux concerts, avec de jeunes virtuoses venus d’Italie, de France et de Pologne.
 Dans le cadre de cette  2ème édition du Festival, trois soirées  seront dédiées au piano, avec de jeunes virtuoses venus d’Italie et de France. Le Français Matthieu Esnult ouvrira cet après –midi  le bal . Cet  ardent défenseur de la musique moderne, a joué les créations de plusieurs compositeurs et enregistré la musique pour piano de Gérard Gallo. Il joue régulièrement dans le groupe de musique contemporaine de Trinity Laban. Il a également été invité à jouer lors des « non classical event » organisés par Gabriel Prokofiev. Matthieu a participé à l'Académie Mozarteum à Salzbourg, à l'Académie Maurice Ravel de Saint Jean de Luz, au Printemps international de Provence, à l'Académie d'été de Nice, à la Dartington International Summer Academy et à l'Académie d'été de Nancy. Il a participé à des masterclasses avec les musiciens de renom: Dimitri Bashkirov, Dominique Merlet, Michel Béroff, Billy Eidi, Abd-El-Rahman El Bacha, Ashley Wass, le Brodsky Quartet et le Quatuor Chilingirian. 
Vendredi 5 juillet, le public sera convié au récital de l’italien Guilio Potenza qui a commencé le piano à l’âge de six ans et a étudié à l’Académie internationale de piano de Sesto Fiorentino. Il joue en tant que soliste et chambriste en Italie et en Angleterre.  L’ ’italien Alvise Pascucci , un violoniste émérite et un virtuose du piano sera au rendez-vous le samedi 6 juillet. Ce festival sera clôturé par un concert des jeunes pianistes, suivi d’un récital d’Agata Gorska – Kolodziejska (Pologne) et de la représentation théâtrale des participants au stage sous la direction d'Adnen Helali.
 Kamel Bouaouina


journalenarabe.jpg

Le Petit Journal, Tunisie, 01/07/2013 Musique - 2ème édition du Festival international de piano. 

 

998828_10151450358291856_572759767_n.jpg

Unisson, l’Association des Mélomanes de Tunisie présente la 2ème édition du Festival international de piano, du 30 juin au 8 juillet 2013, au Centre Culturel international de Hammamet

Le piano à l’honneur ! Avec au programme, 3 concerts exceptionnels, une semaine de master class, et une soirée de clôture pour applaudir nos jeunes talents !

La 2ème édition du festival international de piano est une nouvelle série de master class et de concerts organisée par UNISSON et spécialement dédiée au piano. Pendant huit jours, 45 jeunes pianistes et six professeurs et concertistes logeront à Dar Sebastian, à Hammamet. Pendant la journée auront lieu les cours de solfège, de piano et l’atelier théâtre, et quatre soirées seront consacrées aux concerts, avec de jeunes virtuoses venus d’Italie, de France et de Pologne.

L’événement aura lieu cette année la première semaine de juillet (du 30 juin au 8 juillet 2013), dans le cadre magnifique de Dar Sebastian, le Centre Culturel International de Hammamet.

Pour cette deuxième édition, les jeunes participants pourront suivre des master class avec cinq professeurs invités, réunis autour de Fusun Guray – Regaïeg, professeur de piano et présidente de l’association UNISSON.

- Sylvia Dankesreiter (Allemagne)
- Agata GÓRSKA - KOLODZIEJSKA (Pologne) 
- Alvise PASCUCCI (Italie)
- Giulio POTENZA (Italie)
- Matthieu ESNULT (France)

I - Agenda

• Du 30 juin au 8 juillet : Master class de piano, cours de solfège et atelier théâtre

• Jeudi 4 juillet à 19h : Récital de Matthieu Esnult (France) - Œuvres de Chopin, Ravel, Liszt

• Vendredi 5 juillet à 19h : Récital de Giulio Potenza (Italie) - Œuvres de SCARLATTI, BEETHOVEN, SCHUMANN

• Samedi 6 juillet à 19h : Récital de Alvise Pascucci (Italie) 
Œuvres de CHOPIN, RACHMANINOV, CORELLI

• Dimanche 7 juillet à 20h : soirée de clôture

Concert des participants, mini-récital de Agata Gorska-Kolodzijska (Pologne) et représentation théâtrale de l’atelier dirigé par le comédien tunisien Adnene Helali.

II - Partenaires

La 2ème édition du Festival International de piano est organisée en collaboration avec le Goethe Institut et l’Ambassade de Pologne en Tunisie, avec le soutien du Ministère tunisien de la Culture et du patrimoine et des assurances Maghrebia.


III – Qui sommes-nous ?

UNISSON, l’Association des Mélomanes de Tunisie est une association à but non lucratif créée en novembre 2011, basée à Tunis, et entièrement dédiée à la musique et à la formation des jeunes musiciens de Tunisie.

Nos principaux projets concernent l'organisation de Master Class, de concerts et de concours.

Nos objectifs :
- élargir les horizons de la musique en Tunisie,
- œuvrer en faveur de la formation des jeunes musiciens,
- repérer les jeunes talents dans toutes les régions de la Tunisie,
- attribuer des bourses aux jeunes les plus méritants,
- former les formateurs,
- organiser des événements musicaux de qualité en Tunisie
- hisser le niveau d'exigence artistique.


Nos réalisations : Déjà 5 événements réussis !

• Avril 2012 : LE PRINTEMPS DES MELOMANES – La musique turque et la musique occidentale… à l’Unisson ! Master Class et Concerts au Centre Culturel International de Hammamet et au palais Ennejma Ezzahra à Sidi Bou Saïd. Près de 60 jeunes musiciens de Tunis, Sousse et Sfax autour de neuf professeurs et concertistes venus de Turquie (troupe de Halil KARADUMAN), d’Allemagne d’Ukraine et de Pologne.

• Juillet 2012 : FESTIVAL INTERNATIONAL DE PIANO DE ZAGHOUAN - Le piano à l’honneur! Master Class et Concerts de piano à Zaghouan. 35 jeunes pianistes venus de Tunis, Sfax et Sousse ont profité des enseignements de professeurs venus d’Allemagne de Russie et de Pologne.

• Novembre 2012 : Participation de 3 jeunes pianistes tunisiens à la 10ème Edition du Concours International de piano SAR Lalla Meryem à Rabat, au Maroc

• 15 décembre 2012 : CONCERT DES JEUNES TALENTS au palais Ennejma Ezzahra à Sidi Bou Saïd. 5 jeunes pianistes tunisiens ont interprété des œuvres de Debussy, Chopin et Liszt.

• Du 7 au 10 février 2012: CONCOURS INTERNATIONAL DE PIANO pour jeunes talents. 35 jeunes pianistes et un jury exceptionnel venu d’Allemagne, de Pologne, d’Angleterre et de Tunisie. Un récital de piano au CNAV et une soirée de clôture au Théâtre municipal de Tunis.

• Du 17 au 20 avril à Tunis : 2ème édition du PRINTEMPS DES MELOMANES. 2 concerts de musique turque (au théâtre municipal de Tunis et au palais Ennejma Ezzahra, Sidi Bou Saïd) et 3 demi-journées de master class au Conservatoire National, en hommage au grand maître du qânun », Halil Karaduman.

Plus d’infos, photos, détails

Contact : contact@unisson.org.tn / tel : (+216) 97 44 59 22

La rédaction (www.lepetitjournal.com/tunis) lundi 1er juillet 2013

 


1010532_376496709116989_1280788038_n.jpg

Trinity Laban Flash News, Postgraduate pianists give masterclasses in international piano festival, 04/07/2013

 

matthieu_esnult-sa-jamie_simonds_250x375.jpg

Three postgraduate Trinity Laban piano students - Giulio Potenza (PG-Dip), Alvise Pascucci (PGAD) and Matthieu Esnult (MMUS - pictured) - are holding masterclasses this week at the Second International Piano Festival in Tunisia (30 June-8 July).

The three are headlining the Festival, which is designed to broaden Tunisian students' musical understanding by inviting international renowned teachers to perform at concerts, recitals and masterclasses in the beautiful setting of Dar Sebastian, the International Cultural Centre of Hammamet.

The Trinity Laban students are teaching alongside Sylvia Dankesreiter (Germany) and Agata Górska-Kolodziejska (Poland), and are supervised by Fusun Guray-Regaïeg.

 

Trinity Laban Flash News, Masters student features in Polish Embassy fundraising success, 02/05/2013

matthieu_esnult_resize_497x325-2.jpg
Postgraduate piano student Matthieu Esnult was at the heart of a fundraising evening at the Embassy of the Republic of Poland recently.

The Association of Polish Knights of Malta Volunteers met its target of £5,000 to help the Polish Psychologists Association continue its work to reduce the suicide rate among Polish immigrants in the UK.

Matthieu played music by Polish composers - from Chopin, Lutoslawski to Szymanowski- to the delight of the audience. Newly translated poems by Tadeusz Rozewicz were read by Andrew Visnevski and Brett Brown from RADA and prestidigitator Guillaum Pige.

Matthieu is in the second year of his Masters, studying under Mickhail Kazakevich. Matthieu also has degrees in musicology, literature and philosophy.

Picture (l-r) Brett Brown (RADA), Andrew Visnevski (RADA), Matthieu Esnult and Guillaume Pige

Le Sud-Ouest,  26/12/2012, Des notes et des mots pour un enfant prodige (Marie Seurin)

amaia.jpg
Vendredi soir, à Ciboure, deux jeunes artistes du Pays basque font une pause dans leur vie londonienne pour un récital. Rencontre avec Matthieu Esnult, pianiste de génie.

Une voix et un piano. Leur rencontre a eu lieu outre-Manche, mais, vendredi soir, les deux jeunes artistes donneront un concert en l’église de Ciboure. Un retour aux sources, au Pays basque, loin de l’agitation de Londres, où ils vivent aujourd’hui de leur passion.

Pour Amaia Azcona, le chant. Originaire de Pampelune, elle a débuté au conservatoire de Navarre puis a pris son envol pour le Trinity conservatoire de Londres. Chanteuse lyrique, elle accompagnera Matthieu Esnult au piano vendredi soir.

Le jeune virtuose de 23 ans n’en est pas à son coup d’essai au Pays basque puisqu’il a joué en juillet dernier à la Villa Arnaga, à Cambo-les-Bains, devant une salle comble.

« Il y a une certaine adrénaline qui monte lorsqu’on joue ici, on est chez nous, c’est très émouvant », témoigne Mathieu. Les concerts, pourtant, il connaît. À Londres, il en donne une cinquantaine par an depuis qu’il a intégré le Trinity conservatoire. En mars dernier, lors du Royal festival hall, il a joué devant 3 000 personnes.
Chez sa mère, à Urrugne

L’enfant du Pays revient donc en terrain conquis. La famille, les amis mais les fins connaisseurs aussi qui ont déjà pu entendre les sonorités du jeune virtuose.

« Cette fois, c’est encore différent et sûrement plus émouvant encore de jouer avec Amaia. Elle est petite et on ne s’attend pas vraiment à une telle voix, mais lorsqu’elle commence à chanter, elle est bouleversante. »

À chaque vacances, Matthieu Esnult rentre à Urrugne, chez sa mère. Son repère. Dans le salon, le piano est là, dans un coin. La musique ne le quitte jamais vraiment. « Je me suis mis au piano à l’âge de 6 ans, il y avait toujours un fond musical à la maison, j’ai grandi là-dedans. » Mais c’est à 13 ans que la passion le dévore lorsqu’il découvre Chopin. Il sait alors qu’il vivra pour la musique. Il fait ses gammes au conservatoire de Bayonne, où il reçoit, en 2006, le diplôme d’études musicales mention très bien. Dans le même temps, il passe son bac au lycée Maurice-Ravel de Saint-Jean-de-Luz, à l’âge de 16 ans.
Un Capes de lettres

« Les années lycée, j’ai découvert la philo, la poésie et j’ai voulu continuer à explorer les lettres. Certains textes résonnaient en moi et me donner l’inspiration pour interpréter des morceaux au piano. Je jouais de plus en plus. »

Matthieu fait la seconde découverte de sa vie : la littérature et la musique sont complémentaires pour lui. « Les lettres m’ont poussé à la réflexion : qu’est-ce qu’il se passe dans une œuvre d’art ? Quelle est la place du temps dans une œuvre d’art ? »

S’il est un touche à tout, il ne jure que par l’excellence, car tout en continuant le piano à l’École normale de musique de Paris, il s’attaque ainsi à des études littéraires en hypokhâgne et khâgne qui le pousseront jusqu’au Capes de lettres modernes qu’il décroche à 21 ans.

Aujourd’hui, il continue à se nourrir de ses lectures, mais il a choisi sa voie, celle qui était déjà toute tracée. « Je ne peux pas rêver mieux, confie-t-il. Aujourd’hui, je commence à pouvoir vivre de ma musique. »

À son image, le concert de vendredi soir sera riche de musique et de mots, avec un répertoire diversifié mais choisi avec la plus grande attention. « Le programme explore la diversité du sentiment amoureux : élan et fougue avec Mendelssohn, fragilité et préciosité avec Clara Schumann, aux confins de la folie et de la sensualité avec Strauss, de l’extase à l’intime avec Fauré », annonce le jeune virtuose. Un récital ponctué de chansons basques du compositeur Fernando Remacha et des sept chansons populaires espagnoles de Manuel de Falla, chefs-d’œuvre du genre.

Le Journal du Pays Basque, 22/12/2012, Le récital de Matthieu et Amaia, (C.V.)

IMG_1681.JPG
Il est urruñar, elle est iruindar. Il est au piano, elle l’accompagne au chant, forte de sa tessiture soprano. Matthieu Esnult et Amaia Azcona Cildoz proposent un récital le 28 décembre prochain en l’église de Ciboure.

Un récital où alterneront tour à tour des chants traditionnels basques et des classiques universels. Se côtoieront ainsi le temps d’un concert le compositeur navarrais Remacha, Fauré, Mendelssohn ou encore Strauss. Autant de compositeurs qui se retrouvent dans leur exploration du sentiment amoureux, au travers la fougue de Mendelssohn, la fragilité et préciosité de Clara Schumann, les confins de la folie et de la sensualité de Strauss, ou encore l’extase et l’intime de Fauré. Le récital piano-chant est ponctué des chansons populaires andalouses de Manuel de Falla, “chef-d’œuvre du genre”.

Les deux jeunes virtuoses Matthieu Esnult et Amaia Azcona Cildoz écument les scènes internationales, en duo ou avec leurs formations respectives. Ils remportent tout récemment le premier prix de la Lilian Ash French Song Competition. Matthieu reçoit en outre le premier prix de la Cavatina Compétition, qu’il obtient avec son quintet.

Le Journal du Pays Basque, 31 /08/2012 , L’académie Ravel sonne la rentrée des classes musicales. (A.A.)

296383_522803307734586_2069311398_n.jpg
Les anniversaires des grands compositeurs du répertoire classique donnent souvent le tempo des saisons musicales. Avec la célébration du 150e anniversaire de la naissance de Claude Debussy, l’année 2012 ne déroge pas à la règle. Et il en va de même pour l’académie Ravel : l’institution luzienne, qui tiendra sa 43e édition des master classes du 3 au 16 septembre à l’auditorium Ravel, a elle aussi décidé de rendre hommage au célèbre compositeur français.

Un concert-cocktail sera donné le 14 septembre dans les jardins du chalet Habas, où Claude Debussy séjourna, au cours de l’été 1917. Intitulée “Claude de France au pays de Ravel”, cette soirée sera menée par le pianiste et président de l’académie, Jean-François Heisser, accompagné des solistes de la formation.

Haut lieu d’enseignement

Cette année encore, ils sont une cinquantaine de jeunes musiciens de 14 nationalités différentes, à l’orée de leur carrière, à venir parfaire leur formation dans l’enceinte de l’auditorium Ravel. Au sein de cette promotion, on compte trois stagiaires originaires du Pays Basque, deux pianistes (Matthieu Esnult et Julie Alcaraz) et un chanteur (Pierre-Yves Binard).

Au-delà du simple tourisme musical, l’académie a su créer, depuis plus de 40 ans, une véritable vie artistique à Saint-Jean-de-Luz à l’occasion de la session de septembre. Par le biais des cours publics, accessibles pour la modique somme de 3 euros le matin et 5 euros l’après-midi (10h00-12h30 et 14h30-19h30), les master classes offrent une approche à la fois facile, originale et conviviale de la musique. Elles font la jonction entre le laboratoire musical pour les jeunes artistes, et l’aubaine pour les mélomanes d’assister à un véritable cours de pédagogie musicale.

Série de concerts

Comme la tradition l’exige, ce sont les professeurs qui ouvriront le bal des concerts de fin de stage, le 10 septembre, en l’église de Saint-Jean-de-Luz. La relève sera ensuite assurée par les jeunes solistes, du 12 au 16 septembre, dans les différentes églises avoisinantes (Ciboure, Saint-Pée-sur-Nivelle, Urrugne). Le week-end, quatre concerts sont programmés. A noter que celui de clôture sera suivi de la remise des huit prix décernés aux jeunes solistes par le collège des professeurs.

The Guardian, 4/03/2012 , Surrogate Cities – review. Royal Festival Hall, London (Tim Ashley)

tk_0003_rfh.jpg
First performed in 1994, Heiner Goebbels’ Surrogate Cities is a vast, unclassifiable piece that summons up the soundscape of an unnamed metropolis and forces us to confront our ideas of urban dreams and urban hell. Like much of Goebbels’s music, it is at once radical and eclectic. Orchestral music and vocals blend with electronics. The running order of its disparate movements is ultimately the decision of its performers, but whichever way it is played, it reveals a powerful unity of vision. It engages in an on-going dialogue with the Austro-German musical tradition, incorporating elements of jazz and blues into a score that is Mahlerian in scale and scope and that glances more than once at the earlier cityscapes of Berg and Weill.

The piece was originally written for a youth orchestra, the Junge Deutsche Philharmonie, and the long overdue London premiere, part of the Music Nation weekend, was appropriately given by young musicians. Jonathan Stockhammer conducted the Trinity Laban Symphony Orchestra, augmented by members of the National Youth Orchestra and the London Philharmonic Orchestra’s Foyle Future Firsts scheme.

Stockhammer exerted an iron control over the proceedings, so you could hear plenty of detail, even when the music was at its most violent. Paradoxically, it is when Goebbels relaxes the tensions, that you notice the occasional flaws, and in this instance, the central movement, Sampler Suite, felt over-long. David Moss and Jocelyn B Smith were the familiar soloists: his eerie sprechstimme is the perfect contrast to her bluesy utterances. The orchestra was the real star, however, playing with terrific enthusiasm. The percussionists in particular, whirling vertiginously on a gallery above the tiers of musicians below, deserved a medal.

Le Sud-Ouest, 10/07/2011     , Le piano à deux (Joseph Maya)

Esnult600-005.jpg
Un duo basco-anglais de pianistes classiques se produit ce mercredi à la villa Arnaga.

Un concert de piano à quatre mains aura lieu ce mercredi 11 juillet, à 20 h 30 à Arnaga. Le duo est composé d’un jeune du Pays basque, Matthieu Esnult, parti en Angleterre pour finaliser ses études de piano et de son ami anglais, Ben Socrates, formé lui aussi du Trinity College de Londres. Ils joueront « La Valse » et « Ma Mère l’Oye » de Ravel, « La Fantaisie » de Schubert ou encore des œuvres de Debussy et Fauré.
Deux brillants élèves

Matthieu Esnult, né en 1989, est un enfant du Pays basque puisque ses parents habitent à Urrugne et qu’il a fait sa scolarité au lycée Ravel à Saint-Jean-de-Luz, en OIB (option internationale du baccalauréat). Très attaché à sa terre, il commence par étudier au Conservatoire national de région de Bayonne-Côte Basque, dans la classe de Françoise Dechico.

En parallèle, il poursuit des études littéraires classiques en hypokhâgne et khâgne, qui le mèneront à obtenir un diplome de philosophie, un DEA de lettres modernes et le Capes de lettres modernes, en plus de sa licence de musicologie.

Parmi ses nombreux prix figurent le premier Prix de la Lilian Ash French Song Competition, qu’il remporte avec la soprano Amaia Azcona, et le premier Prix de la Cavatina Compétition qu’il obtient avec son quintet.

Ben Socrates a lui commencé à jouer du piano à l’âge de 11 ans, avec une formation musicale éclectique qui englobe le classique, l’improvisation et la composition. Il étudie le jazz avec Wayne McConnell et Nick Reynolds, et participe à des masters-classes dont il sort diplômé en 2010.

Ben a toujours évolué dans une valarge gamme de sphères musicales, regroupant le piano jazz, les musiques du monde, électronique, contemporaine, ou classique. Il a composé pour la danse contemporaine et improvise régulièrement l’accompagnement pour les classes de ballet.

Ces deux artistes sont très heureux de venir jouer pour la première fois au Pays basque dans la prestigieuse maison Arnaga, où ils vous attendent pour partager avec eux ce moment important de leur carrière.

La Semaine du Pays Basque, 21/12/2012  (Jean-Philippe Segot)

Esnult600-002.jpg
Revoir Arnaga…
Vous le savez, vous qui me faites l’amitié de me lire chaque semaine, j’ai une grande tendresse pour Arnaga, le chef-d’œuvre architectural et paysager d’Edmond Rostand, dont Vincent Bru s’occupe avec encore plus de passion que la reine d’Angleterre du château de Windsor ! J’ai aussi beaucoup de goût pour Maurice Ravel, le dernier des grands compositeurs français !
Alors quand j’ai appris que le mercredi 11 juillet prochain aurait lieu un concert de récital de piano en duo, mon bonheur a été grand car au programme figure Ravel, Schubert, Debussy, Fauré !
Et nos deux pianistes, les très talentueux Mathieu Esnult et Ben Socrates interpréteront notamment La Valse de Ravel, merveille des merveilles…
Imaginez ! Imaginez, Ravel, La Valse, deux jeunes pianistes romantiques en diable et Arnaga ! LE BONHEUR…
Vous pouvez réserver dès à présent au 06 82 10 24 01 (places 12 euros et gratuit pour les moins de 18 ans). Magique… Magique ! Rendez-vous le 11 juillet !
Ravel, Arnaga, la beauté du monde…